Retour au bercail…

12 juillet 2010

Salut, 

 

Oui, ca fait un sacre moment que j ai pas écrit…Je vais essayer de me rattraper sur ce dernier post. 

Alors que raconter ? Des appels, toujours des appels…accidents de voiture, malaise, syncopes, accidents du quotidien plus ou moins graves. Je commence a prendre l’habitude de ces scènes qui peuvent paraître surréalistes ou uniques.  Je suis même surpris de ma réaction. Je pensais, en me lançant dans cette expérience, être touché par tous les cas rencontres. Mais il s avère que je m habitue à ces appels en pleine nuit, ces personnes qui pleurent ou qui hurlent de douleur, cette détresse dans les yeux des patients ou de leur proche. Je me souviens de cet appel pour un accident de scooter sur une artère principale de TLV. Accident pour le moins inégal : scooter avec 2 passagers contre voiture….forcement c est la voiture qui a gagne. Le « passager » a l arrière du scooter est une jeune femme qui, sous le choc, a perdu la mémoire immédiate et qui répète sans cesse « qu est ce qu il s est passe ??ou suis-je ? » Son ami, le conducteur, est moins touche. Il monte avec nous dans l ambulance et il me regarde et me dit « pourquoi elle ne se souvient de rien ? ».  Car c est vrai que c est déstabilisant de voir qq qui pose sans arrêts les mêmes questions et à qui l on répète inlassablement que elle a eu un accident de scooter mais que tt va bien. La jeune femme est allongée sur le brancard et ne voit pas son ami qui est avec nous dans l ambulance. Elle crie inlassablement son nom. 

C est touchant. Elle me demande quel jour nous sommes. Problème, je ne le sais pas. Car oui, depuis le début de ce travail, j ai perdu toute notion de temps. Je ne connais ni la date ni le jour. ..juste l heure qui s affiche sur ma montre chrono achetée a la va vite au souk pour 40 shekels (8 euros). Les nuits s enchainent, les matinées aussi. Je prends mes habitudes et attends chaque appel plus sereinement. J en arrive même a avoir de l appétit alors qu’un patient vomit juste devant moi. Si j avais su…Je me dis que le sang froid est la meilleure des armes face à toutes les surprises que recèlent ce métier. : incapacité à répondre a un membre de la famille du patient sur son état, prendre la tension a un patient dans un sale etat pendant que nous fonçons a l’hôpital et que le medic avec qui je suis me presse de lui fournir les résultats (pour y ajouter un peu de piment, la sirène est de sortie et je me cogne dans tous les recoins de l’ambulance pour dénicher une plaie que nous aurions « oublie »). 

C’est tellement étrange pour moi, tellement loin de tout ce que j’ai pu connaître jusque la. 

Les nuits de garde…arriver au travail à 22h30, commencer par prendre un café, discuter avec le medic avant que nous ne partions sur un appel, revenir à la station, essayer de dormir habille sur un matelas, regarder la tele à 3h25, manger des pitas à 4h, échanger sur la signification de tout ca avec des medics qui ont à peine 24 ans et qui sont d une maturité hallucinante. Ces jeunes sont nettement plus matures que nous et ont des préoccupations toutes autres : pas de plans de carrière, pas de projets à long terme, juste vivre.. 

Mon retour en France se rapproche. Je me sens à la fois excité de rentrer et de revoir tout le petit monde que j’ai quitte avant de me lancer dans cette aventure mais aussi anxieux de refaire face à un quotidien bien moins excitant. Je profite de mes dernières gardes avec certains medics très sympas : musique israélienne à fond, faire le pitre à la station mais être toujours professionnel sur les appels. Approche mon dernier jour au SAMU. Je suis dans l’ambulance avec un medic que je ne connais pas…Mickael…un jeune très sympa qui ne jure que par le combi shwarma frites acheté dans les rues de Jaffa (vous savez la ou ya les oranges). 

La garde se passe jusqu’à cet appel pour une manif « qui aurait mal tourne ». Nous traversons TLV à une vitesse qui mériterait un retrait de permis en bon et due forme et nous arrivons sur quelque chose de dingue : une scène hallucinante…Je descends de l’ambulance et c’est le chaos. J ai l impression que la scène tourne au ralenti. Partout des gens au sol, des gens qui crient, des policiers..il semble qu’un certain nombre de manifestants aient choisi de se confronter à la police et les blesses sont légions. Par ou commencer ? qui soigner ? Nous ne sommes pas trop de deux pour commencer. D autres ambulances arrivent sur place pour nous aider à porter les premiers soins. Je me balade avec mon « Tik rovesh » (sac de premier secours) et essais de soigner au plus vite « ceux » qui me tombent sous la main. J essais de faire le tri : grave, pas grave mais c est très difficile. Chaque pas dans cette masse d individus et je suis saisi par qq pour aller voir un homme au sol le visage en sang. Cela ressemble au chaos. Il y a même des journalistes blesses…ou aller, qui soigner ?? Finalement, un homme au sol à l air plus salement amoche que les autres…collier cervical, planche, brancard et opla dans l ambulance…le problème c est qu il y a deja 4 personnes dans l ambulance. C est pas grave…on est au Moyen orient ;). Je me surprends par mon comportement. Je traite vite les patients et mon patient sur le brancard (qui fera la une des journaux le lendemain, j ai garde le journal chez moi). Je lui pose la question habituelle « Tu veux aller à l hopital ? ». Il me répond non et la je fais quelque chose qui me prouve que je commence à m’habituer à ce style de vie : je le vire de l ambulance. Qui aurait cru que j’aurai pu faire ca ! Il ne veut pas descendre, très bien, je tire le brancard à l’extérieur et l engueule en hébreu ! Il prend la place de qq qui souhaiterait aller à l’hôpital. Il fait chaud, très chaud, les cris de tous les cotes, les blesses allonges. On ne chôme pas J. J’ai la tête qui tourne, tous ces gens. C est difficile à raconter mais j’ai l impression d être dans un film. Tout se passe à une vitesse alors que le début était au ralenti. Qu’il est loin le temps des Mureaux, le temps ou je me demandais ou etait la salle A23 pour la réunion quotidienne, le temps ou j attendais patiemment 12h12 pour aller chercher mes collègues direction la cantine…une autre époque, d autres soucis, une autre vision de la vie et des priorités « pourquoi elle m’a pas mis de chocolat avec mon cafe ?! ». 

Ce que j’essais de faire passer à travers ces quelque lignes, c est le dépaysement. Un autre pays, une autre vie… 

Voila ma dernière garde est finie,  je suis rentre en France…que vais-je faire, quand, comment … ? Pour l’instant c est passer du temps avec ma copine, qui m a attendu 5 mois, reprendre ma vie française, reprendre mes repères. C est étrange… 

Je m interroge sur la suite à donner à ma petite vie. Retourner dans l’industrie, prendre un virage à 180 degrés dont seul moi aie le secret, …pour l’instant tout cela est confus mais j’ai l impression d’avoir vu autre chose, m être confronte à une vie différente et surtout à moi-même. Je pense que je fais partie de ces gens qui ont besoin de se battre contre eux, qui ont besoin de voir un peu leurs limites, de ne pas rester assis mais de voir comment on tient en équilibre. Alors oui c est dangereux car cet équilibre est instable mais finalement, j ai toujours marche ainsi. Si j’avais pu, je serai partie à l armée derrière. Hélas, ma demande a été rejetée car je suis trop vieux L.  J’aurai voulu vivre cette expérience mais je ne m étendrai pas dessus C’est bien la seule chose que je regrette, de ne jamais avoir pris le temps plus tot…mais quand ? pas en prépas, pas en ecole d’inge, pas à HEC…c’est finalement une des choses que je reproche au système Français. Une course contre la montre pour quoi au final ? Il est fréquent d’entendre la fameuse phrase « il a perdu 1 an ou 2 ans «  mais qu’est ce que ces 2 années ? A l âge de 23 ans ?? sans ces 2 années peut etre que sa vision ne serait pas la même ? C est une course. Mais une course pour quelle raison. Nous sommes presses mais sans savoir pour quoi. Alors tout cela peut paraître demago mais en côtoyant des gens qui m’expliquent que la prochaine guerre n’est pas loin, on ne mesure plus l’importance du temps avec le même repère.  Autre pays, autre vie.. 

Donc vous l’avez compris, je suis en France à l’heure actuelle et profite du beau temps à Paris. Je suis disponible si vs voulez aller boire un verre 

 

A bientôt alors ;) 

 

Prenez le temps ;) 

La nuit ..tous les chats sont gris

4 juin 2010

Bonjour, 

 

Je continue ma découverte du monde des urgences et le moins qu’on puisse dire c est que chaque jour, j ai le droit a mon plein d’émotions. 

Par ou commencer ?? 

Avec en moyenne 5 appels par garde, je ne manque pas d anecdotes. Rarement marrantes mais toujours poignantes. 

Voila un petit florilège de mes derniers appels.. 

Tout d’abord, j ai eu la bonne idée de prendre une garde le jeudi soir. Ici les vendredis sont chômés jusqu’ au samedi soir (shabbat), les gens ont donc pour habitude de sortir le jeudi soir 

J avais donc choisi volontairement de prendre une garde le jeudi soir afin de voir un peu comment se déroule l’équivalent de leur samedi soir. 

Je n ai pas été déçu. Le premier appel à 23h est pour un SDF qui a des douleurs a l estomac. 

Pendant que je suis en train de surveiller le patient le temps d arriver a l’ambulance, celui-ci me raconte sa vie. Il a quitte la guerre en ethiopie pour venir s installer en Israel. Il n a ni famille, ni maison…rien qu un petit coin de rue pour lui. Il me regarde et pleure en s excusant de nous déranger… tant de cas comme ca malheureusement. 

Nous le laissons aux urgences de l hopital de la ville et nous repartons pour un appel qui est finalement annule. Le medic qui conduit l ambulance décide de nous amener dans un coin sympa. Une boulangerie, a ciel ouvert, ouverte a minuit et demi et qui vend du pain frais tout juste sorti du four. Le moment est incroyable. Il est 1h du mat, nous sommes en train de déguster le pain sorti d’un four artisanal et a discuter avec le medic qui prend sa retraite. Sa vision est malheureusement pessimiste. Il est vrai que ce que nous voyons est dur. 

Nouvel appel pour un jeune au sol…Nous n en savons pas plus. Nous arrivons très rapidement devant une boite de nuit du quartier festif de TLV. Un amas de gens entoure un jeune au sol. J entends mon medic dire « shit ». Je prends conscience que l appel doit etre qqch de serieux. Apres avoir réussi a écarter tous les jeunes qui l’entourent, nous tombons sur ce jeune qui est en pleine overdose. Il faut agir vite. Je coure chercher le brancard pendant que ses amis me posent des questions sans arrêts. Je ne comprends pas ce qu’ils disent mais plus grave, il faut faire vite. Un des fondamental dans ce genre de situation est de bien analyser le « decor » pour essayer de bien comprendre a quoi nous avons a faire. J’entends qu’il a pris de l ecstasy. 18 ans à peine !!Convulsions, yeux vides, transpiration glaciale…c est effectivement sérieux. Le medic dégage tt le monde afin que nous puissions travailler.  Puis direction tout droit les urgences…Nous sortons épuisés de cet appel. La chaleur, le stress, les amis qui s’agitent et qui nous empêchent de travailler tranquillement. Un café chaud et nous repartons sur la route direction la caserne pour essayer de dormir. Il est 3h. Malheureusement, nous devons repartir pour un accident de moto. La femme est debout lorsque nous arrivons. Elle ne semble pas touchée. Elle nous precise que tt va bien, cependant dans ce genre d’accidents, ce n est pas parce que l’extérieur va bien que l’intérieur est sans dégâts…Elle nous renvoi chez nous et nous repartons nous coucher. A peine 10 min de sommeil que nous recevons un nouvel appel. Même endroit, même description ??? Nous arrivons et cette fois, elle est allongée par terre et tremble. Et oui, fallait ecouter madame !!!Nous ne pouvons pas forcer les gens à aller l’hopital. Des lors qu’ils refusent, nous devons nous soumettre a leur volonté en dépit de nos conseils. Finalement, nous l’embarquons sur la planche direction la traumato. Ses signes vitaux sont  bons, un léger traumatisme mais pas grand-chose. 

En dépit des transports d’accidentes, nous avons également beaucoup d’appels pour des personnes âgées. Vous allez surement dire que je suis un salop mais je déteste ces appels. 

Ces personnes habitent souvent dans des immeubles sales au dernier etage, ne peuvent pas marcher et sont grosses. Dans ce cas et lorsque nous devons les transporter a l’hôpital (ie 99% des appels), nous devons mettre la personne âgée sur une chaise pour la transporter. La chaise est minuscule comparativement a la masse de la personne. Puis, il faut descendre ces foutus escaliers en portant la chaise. C est infernal !!nous sommes 2 pour porter une chaise avec qq de plus de 100 kg dessus, qui crie car apeuré, a descendre ces foutus escaliers. Je hais ca !!!! La chaleur rajoute un peu de piment !  L’autre soir, j’étais tout seul avec le medic. Un medic d’1m 60 et pesant 60 kg !! tres sympa, cela dit mais notre obese de 120 kg nous en a fait baver. 

Cet appel a été exceptionnellement dingue. Nous arrivons tous les 2 sur les lieux de l’appel. 

Nous entrons chez l’homme. Nous découvrons son fils avec son AMI (à moitie nu), transpirant. Le père qui est obese, et ampute de la jambe droite respire très difficilement. Le copain du fils nous injure en russe et nous conseille de laisser le père tranquille. Il est 2h30 du matin. Je ne peux même pas prendre la tension du patient tellement son bras est énorme. Il veut aller a l hôpital. Pendant que Yoav (le medic) se charge de vérifier que notre homme ne va pas faire une apnée, je prie pour que l homme refuse de venir a l hopital…et oui j en arrive a vouloir rentrer lol. Mais malheureusement le cauchemar continue. Nous devons tout d’abord l installer sur la chaise. Pour faciliter le tout, l homme est torse nu et transpire…moi qui rêvait de bouche a bouche avec des mannequins russes de 25 ans…c est rate pour cette fois J 

Bref, je me retrouve a porter cette chaise de MERDE a 3h du mat avec un homme unijambiste de 120 kg. Yoav m aide comme il le peut. Je sens les gouttes de transpiration sur tt mon corps. C est ma 3ieme garde de nuit de la semaine, je suis bien désorienté. Finalement nous posons la chaise dans un coin et je pars sortir le brancard afin de transférer l’homme dessus. Mais c etait sans compter que Yoav allait laisser notre homme seul sur la chaise. Je me retourne 30 sec et j entends « pouf ». Je coure et je vois l homme saigner fortement de l arcade sourcilière. Je comprends ce qu’ il s est passe. Il a perdu l équilibre sur la chaise et s est heurte le visage sur une voiture. Résultat : fontaine de sang. Merde !!! nous remettons notre homme sur la chaise puis sur le brancard. Pendant que Yoav nous conduit a l hôpital, j essaie tant bien que mal de faire un bandage a notre homme. Et je suis pris d un fou rire incontrôlable. Je ne sais pas pourquoi je rigole, c est nerveux. Je vois cet homme obese, unijambiste, l arcade sourcilière saignante, avec son masque a Oxygène, son fils a moitie nu…je ne peux me contrôler. La chaleur aide ainsi que l heure avancée de la nuit. 

Nous prenons une pause avant de repartir sur la route. 

Cette soirée a été agitée. Entre le transport en urgence d’un vieil homme qui allait nous abandonner et les accidents de voiture, j ai été gâté. 

Mais la soirée d’après a ete bien plus riche en événements. 

Je suis encore seul avec le medic Omer. 

Cette fois, nous avons entre autre un appel vers 4h dans un quartier vraiment malfamé de TLV. : prostitutions, drogue et armes y font lois. 

C est la premiere fois que j y pose les pieds. Le medic arrive sur la scene et refuse que l on descende. Nous ne voyons pas de personnes a priori. Un homme au loin, nous fait signe. Omer me dit de ne pas descendre tant que la police ne vient pas en couverture. C est tres glauque. Les rues sont vides, les appartements très sales. Je ne me sens pas en sécurité. 

Finalement la police arrive et bizarrement notre ami au loin disparaît. Nous faisons un tour en voiture mais rien. Nous repartons. J arrive a m endormir 25 min et nouvel appel dans le meme quartier…c est reparti. 

Sauf que cette fois ci , nous arrivons sur une scene terrible. Une femme droguée, avec le pantalon sur les chevilles, allongée inconsciente…Je comprends tt de suite qu’ il s’agit d’un viol. La femme est une prostituée qui est sous l emprise de drogue et qui a été violée…Elle refuse de nous suivre a l’hopital et repart chez elle en titubant. Cette scène est reellement dure a voir. Cette jeune femme droguée et violée repartir chez elle… 

Malheureusement des scenes comme celles-ci, j en vis quasiment tous les jours. En passant des accidents de voitures aux toxico qui s enfuient de l ambulance… 

Un dernier appel qui fut un peu particulier….transporter un homme dans un hopital psychiatrique…Nous arrivons a 5h25 chez une dame dont le fils est un  malade psychiatrique. Je l entends hurler et débouler vers nous violemment. Je me dis que ce cas va être difficile a gerer. Il hurle en hebreu, je ne comprends pas un mot et nous regarde avec un œil violent. Je prie pour que l’on n’ait pas a le transporter car je ne me sens pas de rester seul avec lui a l’arrière. Il est agressif et nous jette ses médicaments au visage. Finalement, et par chance, sa mère refuse que nous le transportions et préfère s’en occuper. 

 

J’ai encore plein d’anecdotes mais il est quasiment impossible de tout ecrire. 

Je m aperçois que la vie est dure. Je suis confronte a la misère, la douleur, la souffrance..ceux pour quoi je suis venu finalement. Je suis fier de pouvoir apporter qqch aux gens meme si a 3h25 avec un obese sur le dos au 4ietage, je maudis tout J

Les nuits sont vraiment a part, la vie est différente et les gens agissent différemment. Je peux vérifier ce fameux adage «  la nuit tous les chats sont gris ». 

Cette expérience restera graver dans mon esprit. On ne peut pas oublier cela. Alors certes, il ne faut pas comparer avec notre quotidien mais malheureusement, je me rends compte que l’homme prend conscience de sa chance que lorsqu’il est directement confrontée a un événement grave. Comportement assez égoïste finalement…faut il voir la souffrance de près pour la considérer ?? Alors non, je ne vais pas faire la leçon en vous rappelant la chance que nous avons aujourd’hui car je ne suis rien. Mais je vous invite a considérer votre vie avec un nouvel œil. Pourquoi pas ? 

Alors oui, c’est vrai qu’actuellement, je suis sans emploi et que ma situation a mon retour en France va être difficile mais j’ai l impression d’avoir appris qqch…quelque chose d’humain, quelque chose de différent, quelque chose que l’on n’enseigne pas dans nos écoles, dans notre système  Français monocorde (tu es ingénieur, tu es quelqu’un de bien, tu fais autre chose, tu es un looser). Mais combien d’abrutis sortent de ces écoles d’ingénieurs ? Combien de personnes inutiles qui pensent être des cadors alors que leur seule compétence se résume en un acte de bravoure passee (la prepa).  Incapables de se remettre en questions, incapable de prendre le temps de reflechir… 

Je vous soumets ces questions qui me parcourent. Elles ne servent probablement a rien mais ont le merite d’exister. Cette partie est peut etre inutile pour certains qui me lisent mais je me livre. 

 

Je suis en week end pour 2j. Je vais en profiter pour dormir et oublier cette semaine bien chargee en evenements. La semaine prochaine, en plus de mes gardes, la gay pride !!tout un programme ;) 

Une nuit aux urgences de Tel Aviv

26 mai 2010

Salut a tous, 

 

Cette semaine, j ai commence à faire mes premières gardes de nuit. Le principe est le même que celles du matin sauf que…c est de nuit J 

Ma première soirée a ete relativement calme (3 appels) mais la seconde a ete exceptionnellement riche en émotions !!! C est cette nuit que je vais vous raconter. 

Comme d’habitude, j arrive vers 22h30 pour prendre ma garde de 23h. 

Je rencontre le medic avec qui je vais etre dans l ambulance. Premier constat, nous ne serons que tous les 2 !!!D habitude, nous sommes au moins 3 : le medic, moi et un autre volontaire ou un senior medic. Je vais donc devoir me taper tout le boulot quand le medic conduira l ambulance. 

22h40, je monte dans l ambulance pour faire remplir la check list habituelle : verification de la quantite d oxygene, nombre de bandages, masques, planche….bref verifier que rien ne manque avant de demarrer la garde. Malheureusement, a 22h45 sonne notre premier appel. Nous n’avons meme pas le temps de finir de tout vérifier que le medic (Amitt, jeune de 25 ans) démarre pour un cas de « douleur a la poitrine ». Nous arrivons sur place. Nous vérifions son activite cardiaque et Amitt décide de faire appel a l ambulance de soins intensifs qui possede un appareil qui nous permettra de suivre précisément les pouls, battements…L ambulance vient prendre le relai et apres qq echanges, nous repartons. Je continue a remplir la check list derriere tant bien que mal. Oui car je me tiens debout pendant qu il conduit …autant dire que je vole pas mal. 2 minutes plus tard, second appel pour un accident de scooter. Sirene, pied au plancher et nous voila 8 minutes plus tard sur une grande artere de Tel Aviv. Nous y trouvons une jeune femme assise par terre en train de pleurer, le tibia salement amoche et son scooter pas loin. La jeune femme a glisse et s est apparemment fracture le tibia. La douleur a l air vraiment intense car elle pleure sans interruptions. Je m occupe d elle a l arriere de l ambulance pendant qu Amitt nous conduit a l hopital pour la transferer en traumato. Pendant que j essaie de lui prendre le poul et la tension, je lui donne ma main pour qu elle puisse se sentir moins seul. Oui, un des gestes les plus simples et les plus réconfortants pour un patient est de lui sourire et de lui tenir la main. (mes mains etants obligatoirement recouverts de gants..oui quand meme…les maladies dermato, ca existe). Bref, me voila avec cette jeune femme en pleurs en train d essayer de lui prendre la tension. Malheureusement, en me serrant la main, elle y passe sa douleur…massacrage de main en vigueur J. J arrive a me defaire de l etau pour lui prendre la tension et nous arrivons a l hopital pour la deposer. 

Les dossiers remplis, nous repartons « sur la route » tel des Gerald De Palmas en puissance J

4 minutes plus tard, appel pour ….femme enceinte ayant des contractions !!!!!!!!!Ahhhhh mon cauchemard !!!non, je ne veux pas voir ca !!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Nous fonçons chez elle ou elle nous attend les traits marques par la douleur. Le passage ci-dessous risque d effrayer les demoiselles mais c est la verite ;). Bref, nous l embarquons le plus vite possible et je supplie Amitt de faire vite car je ne veux pas me retrouver face a un … un …bebe ! Je ne sais absolument pas quoi faire. J essaie bien d y mettre le pied pour bloquer la sortie mais le mari n a pas l air d apprecier (humour je precise !!). Bref, je prie fort pour que madame ne prenne pas ses aises dans l ambulance. Je la vois en larmes tellement la douleur se fait forte. Son mari a cote ne bronche pas et pense que je peux la delivrer de sa douleur. Par miracle (oui je suis en Israel quand meme !!Holy Land !), nous arrivons a l hopital avant que cette dame nous gratifie d un bebe. Je m occupe des fichiers. Je reste bien dans un coin car je n ai pas envie de tomber sur un accouchement au hasard d un couloir !! Amitt s occupe d elle et mous repartons l esprit leger. 5 minutes plus tard, appel en urgence « douleur et perte de conscience ». 

On recommence, pimpon, girophares, pie au plancher. Nous arrivons dans une rue ou 1 homme nous attend. A ses cotes, un homme est allonge en train de se tenir le foie et a l air de souffrir. Je laisse Amitt bosser et faire un rapide diagnostic. Hepatite foudroyante. Direction hopital. Neanmoins, cet homme pese plus de 100 kg !!! et sens le vin a 100 km a la ronde. Nous nous demenons pour le porter et le mettre sur le brancard. Equipes de masques de protection, je me charge de notre doux compagnon a l arriere. Amitt me bizute un peu je pense car meme le masque ne m empeche pas de respirer son doux nectar ;) 

Direction hopital…Tout comme d’hab et nous repartons. A peine dans l ambulance, nous sommes appeles pour un feu…Nous arrivons sur place et …rien !!!la grosse blague debile de 3h du mat qui fait plaisir !!! Nous repartons tranquillement. Amitt me propose un falafel mais je refuse…je suis encore barbouille par l odeur du gentleman de 120 kg. Oui car malheureusement, les patients sont rarement jeunes, propres, sveltes, … 

Bref, l appel suivant nous amene au port pour une douleur aux…testicules. La je me dis que cette nuit est benie. Nous arrivons et tombons sur un travailleur clandestin en liberte conditionnelle qui se plaint des testicules. Je laisse bizarrement Amitt s occuper de l oscultation pendant que j invente un qq pipo pour aller verifier si il y a bien encore des sacs de vomi dans l ambulance…Cet homme ne parle ni hebreu, ni anglais. Un ami a lui est la et traduit. Nous comprenons que l homme vient d’Erythrée et qu il a fui la guerre. Sa douleur est vraiment lancante et il se tord de douleur. Nous lui apportons les premiers soins avant de le conduire a l hopital. Nous le deposons aux urgences et partons. Nous arrivons a rentres a la station. Il est 4h30 du matin !!! c est notre premiere pause. Nous discutons a l exterieur de la station. Il fait bon, le ciel est plein de toiles, je bois un coca et Amit m explique son parcours. 

Nous décidons d essayer de dormir en esperant que c est tout pour la garde. Je m endors devant la tele. A 6h, le telephone sonne, je tombe du canape, Amitt m appelle..c ets reparti pour …femme inconsciente…ultime urgence. 

J ai la tête complètement explosée, j ai des nausées, je ne sais pas quel jour nous sommes, l heure qu il est,bref, je ne comprends rien a ce qu il se passe. Pendant qu Amitt fait parler sa pointe de vitesse. Nous arrivons devant un bâtiment sombre. Personne pour nous accueillir dehors..très bizarre..d habitude, la personne qui appelle est toujours la pour nous indiquer le lieu ou s etrouve le patient. Nous nous aventurons dans un immeuble. Il n y a aucun bruit, les murs sont sales…il fait sombre. Je commence a realiser ou je suis et je prends peur. Cela ressemble a un guet apens. Amitt appelle, personne ne repond. Dans notre ambulance, nous n avons pas de morphine mais certaines en possedent. J ai peur que cela soit un guet apens de toxico pour recuperer les doses de morphine. Cela peut ressembler a un film mais malheureusement certains medics sont armes la nuit…Bref, nous grimpons les escaliers doucement. Amitt me regarde et me dit « je crois que j ai trouve.. ». Je le rejoins un peu plus haut et je vois une femme par terre inconsciente. La trentaine, le visage pale, sale..je ne comprends pas ce qu il se passe. Je suis complètement étourdi. Amitt commence a lui parler mais nous n avons que qq gemissement en reponse. Il ouvre son sac : un paquet de pilules vides et une lettre de…suicide. Il faut faire extrememenet vite. J avoue avoir un peu peur sur le moment mais nous n avons pas le temps. Je pars chercher une chaise dans l ambulance ainsi que des sangles…Nous la portons dans les escaliers tout en nous assurant que celle-ci est consciente. Puis, nous la deposons sur le brancard, Pendant qu Amitt se charge des premiers gestes, je la vois vomir. Il est 6h40, j ai dormi 1h30, il fait un soleil de plomb, cette femme qui a tente de se suicider vomie. J ai l estomac a moitie retourne mais il faut essayer de la transporter sur le brancard. Elle pèse une tonne bien qu elle soit fluette. Pendant qu Amitt fonce dans Tel Aviv, j essais de m occuper d elle, de la nettoyer un peu. 

Nous arrivons dans l hopital, le cœur retourne, la deposons dans un lit aux urgences et sentons la fin de la garde arrivee. Il est 7h50. La garde était censée finir a 7h…Nous nettoyons l ambulance et nous nous disons que la nuit a ete vraiment dingue !!! 

Nous rentrons a la station et je rentre chez moi completement déboussolé et l estomac retourne. Je reste dehors prendre l air avant d aller me coucher. 

Le travail a 2 a été vraiment dur mais j ai adore qu il me fasse confiance. Petit a petit, il m’a montre de nouveles choses et j ai adore la garde a ses cotes. J espere pouvoir en avoir d autres avec lui. 

 

Toutes les gardes de nuit ne sont pas comme ca mais celle-ci a ete vraiment particuliere vu le nombre d événements hallucinants et leur nature. 

 

Hier soir, ce fut plutot calme. J ai pu dormir 3h. Ce soir, je retourne dans la station ou j ai passe la soiree de folie. Il semble que je sois seul avec le medic…peut etre encore une soiree de fou… 

 

La suite au prochain numero ;) 

1ere semaine riche en emotions !

23 mai 2010

Coucou, 

 

Voila ma première semaine achevée ! Et le moins que l on puisse dire c est que ce fut anime ! 

Les jours passes ont eu leur lot d’accidents : chute de personnes âgées, accidents de voiture, personnes inconscientes, douleurs a la poitrine, hémorragie cérébrale … 

Mais parmi tous ces cas, un me reste en mémoire plus particulièrement. 

Nous avons ete appelé pour un vieux monsieur qui avait des douleurs a l estomac. Apres l avoir pris en charge et surveille son activité cardiaque, nous l avons transporte a l hopital afin de faire des examens complementaires. Pendant le transfert, j étais sur la banquette a cote du brancard avec sa femme. Elle m explique que le problème avec son mari est qu il ne se plaint jamais de douleur. Le motif ? Elle m explique dans un anglais parfait que son mari a fait les camps de concentration et qu a l époque un signe de faiblesse etait directement ponctue par la mort  assassine. Elle m explique que son mari a très peur des médecins et des hôpitaux car il est convaincu qu il va y mourir assassiner comme il le faisait pendant l Allemagne nazi. 

Ce témoignage historique m a bouleverse. Voir un homme de 90 ans avoir peur de « nous » montre réellement dans quelle mesure les camps ont traumatise une génération. Par ailleurs, a chaque arrêt de l ambulance, je le voyais se pencher et essayer de regarder par les fenêtres pour essayer de se situer. On ne peut se rendre compte de la crainte de cet homme qui était convaincu qu on allait le tuer dans l hôpital. J ai été perturbe toute la journée après cette intervention. Quand je vois que certains abrutis comme Dieudonne remette en cause l existence de
la Shoah, je suis peine car les chiffres sur le bras de cet homme ne mentaient pas… 

J ai également eu le droit a mon premier « rodéo » sur l autoroute, Nous avons reçu un patient inconscient avec une hémorragie cérébrale. Il fallait donc faire extrêmement vite. J ai découvert le 140 sur la borne d arrêt d urgence toute sirène dehors un jour ou l autoroute était bouchée !!!   

Une note plus légère a présent. 

En arrivant ici, j ai vu que Metallica etait en concert a Tel Aviv le 22 mai !!!!!!!!!J ai directement fonce prendre une place pour ne pas manquer mes four horsemen !! 

Le temps s est passe et a present nous voila qq jours avant le concert. 

Mes parents sont venus me rendre visite ici pour une semaine. (détail qui va avoir son importance dans la suite) 

Il y a 3j, je me baladais a cote de la mer la ou ya les beaux hôtels histoire de me changer les idées et je passe devant l hotel Sheraton. je vois plein de mecs avec des sacs noirs et un logo que je ne peux pas louper M comme….METALLICA!!!!!!!!!!!! 

Je fonce ds l hotel et je commence a fouiner. je me dis que ca se trouve ils sont ds l hotel. Je suis les mecs ds l ascenceur. je vois une femme avec un sweat a capuche ecrit metallica en enorme. je fais style que je suis client et je lui dis « t es la pour le concert? ». Elle me dit que oui!!La je lui demande si ils sont ds l hotel. elle me dit que non mais que ttes les equipes du groupe sont d l hotel (ceux qui demontent la scene, ceux qui reglent le son..). 

Je rentre chez moi et je me dis qu il faut que je revienne le lendemain pour voir si ceux-ci ne sont pas la. 

J ai donc egalement prevenu mes parents de faire qq passages ds le hall pdt que je faisais mes rondes en ambulance. Et il y a 2j, mes parents ont croise Lars James et Robert dans le hall!!!!!!!!!!!!!!!!!1Ils etaient assis tranquillement en train de manger un sandwich. Ma mere qui n a pas d autre choix que de connaitre leur visage et leur discographie a tt de suite reconnu mes 3 heros (manquait Kirk a l appel) a ete les voir. Mon pere a hallucine et ma mere a discute 10 min avec James (le chanteur) qu elle a trouve poli et tres sympa!!!!!!!!!!!!!!!!!!!En bonne mère, elle lui a raconte ma vie ainsi que celle de mon frere. Bilan, il lui a donne des mediators pr moi et l a salue avant de partir en visite de la ville. 

Lorsque je suis passe voir mes parents, j etais complètement fou et je me suis dit qu il fallait que j essaie aussi de les voir. 

J ai donc patiente dans le hall du Sheraton, ce samedi. Le concert ayant lieu le soir, je me doutais qu ils allaient sortir un moment ou un autre. Et la, je vois des mecs de la sécurité commencer a s agiter. Il est 17h30. J ai les jambes qui tremblent, je vois des voitures noirs devant prets a les embarquer…et j entends le « cling » de l ascenceur qui s arrete dans le hall. 

J ai préparé mon papier ainsi qu un stylo et l appareil photo que je donne a mon pere pour faire des cliches au cas où…Déboulent James et Robert devant moi. Le mec de la securite, une montagne de 2m, les protègent. Je me leve et me rapproche, le mec me regarde d un sale œil. Je lui dis dans un hébreu approximatif « j ai pas d armes, je veux juste une foto ». Kirk et Lars les suivent…Je vois Kirk a 1m de moi !!!!!!!Je les apl et seul Lars se retourne et s arrete pour me signer un autographe. Je le remercie sincèrement. Je suis Kirk pendant que le mec de la sécurité m ordonne de m asseoir. Kirk se retourne, il a une guitare dans la main droite et un sac dans la main gauche. Il s arrête, me regarde, hésite et repart. J essaie de les suivre dehors pour une photo mais le mec de la sécurité m empêche de sortir. 

Les voitures partent…je suis étourdi et triste. Kirk, mon Kirk ne s est pas arrêté. 

Je me sens comme un enfant de 8 ans triste. J ai envie de pleurer. Je m attendais a tellement plus. Moi qui écoute ce groupe depuis pres de 20 ans, qui a passe des heures a jouer leurs morceaux a la guitare, a apprendre les paroles, a lire des articles sur le net, a les faire connaître auprès de mes amis, qui reve secretement la nuit d etre sur scene avec eux, qui a passe des soirees a regarder des videos d eux, …je suis la derriere eux et rien… 

Je rentre alors chez moi completement sonne. J appelle ma copine sur le retour pour qu elle me console car je suis tout triste. Sniff !! L 

Je pars alors au concert, ne sachant pas si vraiment je souhaite m y rendre tellement la déception etait forte. 

Le concert débute par le mythique « le bon, la brute et le truand » et je ressens une émotion intense. Ce morceau me donne la chair de poule et annonce le concert. Je me dis que Metallica est réellement ancrée en moi et que cet attachement est physique. Plus qu un simple groupe, il represente qqch d unique et d intemporel a mes yeux. 

Le concert est bon, la setlist est vraiment bonne et je rentre combler dans Tel aviv. Un jus de fruit frais (melon, ananas, mangue) et une part de pizza plus tard, je me couche avec les oreilles remplies de bon sons 

 

Je reprends les gardes ce soir. La nuit dans Tel Aviv…une vaste question qui m attend. 

Debut 23h cette nuit jusqu a 7h demain matin !!!Qqch d unique encore que je vous raconterai tres bientôt 

 

Comme dirait James « What don t kill you make you more strong !! » 

C’est parti et on fait pas semblant…(ames sensibles s abstenir de lire)

18 mai 2010

Comme précisé dans le post précédent, me voila a Tel Aviv pour commencer les gardes et sortir aux doux sons de la sirène ! 

1er jour : lundi 15 mai rdv 6h45 devant la station pour 8h de boulot. 

Lever difficile a 5h30, je ne sais pas bien a quoi m attendre. J arrive en avance devant le centre et je me pose plein de questions sur le contenu de ma journée. 

Première surprise, la journée commence mais aucun appel. C’est inhabituel de commencer un travail allonger dans un canapé a regarder la télé et attendre finalement que…quelque chose de grave se passe. Le concept est étrange pour qq qui a passe toutes ses expériences professionnelles assis derrière un ordi ou en réunion. La, je suis avachi dans ce canape, les yeux mi clos a attendre..un appel. Finalement a 8h12, la sirène retentit « Ambulance 13 ». C est pour moi. Nous partons avec un chauffeur et un autre volontaire vers Jaffa ou nous sommes appelés pour « aider une autre équipe qui a des difficultés ». Je n en sais pas plus. La sirène n est pas de sortie et le trajet se fait relativement cool : fenêtres ouvertes, radio hurlant les derniers titres de hip hop americains. J ai une vague impression de « Vietnam ». Finalement, nous arrivons devant un appart ou un vieil homme nous attend. 2 étage plus haut et nous rentrons chez cet homme. Je suis frappe, embarrassé car je pénètre chez un inconnu. Un sentiment étrange me parcourt. Nous rentrons dans sa chambre et je decouvre un homme sur une chaise roulante, 2m de haut, 150kg en mauvais etat, une jambe de bois et une autre dans un piteux etat…L autre equipe est la et nous a appele car il faut transporter cet homme a l hopital. Le probleme c est que notre homme habite au 2ieme etage, qu il ne peut pas marcher et qu il pese 150 kg !!!Je me dis que meme a 23, il nous serait impossible de deplacer cette montage. Finalement, il se leve et descend les 2 etages doucement. Je suis soulage car cela aurait ete mission quasiment impossible. Nous repartons tranquillement sur la route. Mon premier appel est donc relativement paisible. 

Sur la route, un nouvel appel « douleur a la poitrine d un homme de 40 ans »…ce qui laisse présager une crise cardiaque habituellement. Demi tour sur la route, sirène a tue tête, l urgence est réelle dans ce cas. 7 min plus tard, nous nous retrouvons a un carrefour ou qq personnes nous font signe. Un homme de 40 ans fatigue nous attend, il se tient la poitrine. Cela sent l infarctus a plein nez…cependant en vérifiant son pouls, tension…tout a l air normal. Nous le transportons a l hôpital par précaution. J en profite pour squatter la salle des infirmières et profiter de leur cafe chaud pendant que mon medic s occupe des papiers d admission. Nous repartons vers la station ou nous patientons 1h devant la tele. Je m endors devant Terminator 2, l esprit soulage de ne pas avoir affronte qqch de traumatisant.. 

Coup de fil, ambulance prete a partir pour « une chute d enfant a l ecole ». Je me dis que je vais faire mon premier bandage, je m attends a un bras casse ou qqch dans ce style. L urgence ne semble pas reelle. Le GPS ne marche pas et nous mettons 20 min a trouver cette fichue ecole dans Richon Lezion (nom de la ville). Nous arrivons et la une horde de personnes nous attendent. A peine descendus de l ambulance avec le materiel (sacs, oxygene…), nous sommes acceuillis comme des malpropres par la directrice qui se plaint de la duree d enotre trajet (oui 20 min c est abuse). Je me dis que ca va, pr un bras casse ce st pas la mort..malheureusement je ne sais pas ce qui m attend…un enfant de 8 ans en pleine convulsion, vomissant partout, tout blanc, une plaie au visage…ah merde la ce st vraiment pas un bras casse. Je vois mon medic devenir tendu. Je comprends que qqch de grave est en train de se passer. Les gens autour crient, le pere est a nos cotes. C est alors que je vois mon medic se transformer : yeux concentres, gestes precis et rapides. J assiste incredule a la situation. Qq secondes plus tard, je me reprends et j aide a transporter l enfant dans le camion pour l osculter…les signes vitaux sont preoccupants. Il faut le transporter en urgence dans une unite de soin intensive. Je me retrouve avec le petit a lui faire respirer de l oxygene pdt que mon medic met le pied au plancher.  Je vois le petit enfant perdre conscience. Je me mets a lui parler en hebreu pr le maintenir eveiller avec le masque a oxygene dans l autre main. Comment t appelles tu….tout y passe. Je sais qu il ne doit pas perdre connaissance, son pere est a cote de moi, je sens que je perds le petit. Ouriel, 8 ans, commence a perdre connaissance. Je fais tt pr le maintenir eveille. Finalement, nous arrivons ds l unite de soin intensive et nous le transportons en ultra urgence aux médecins competents. Je laisse derrière moi cet enfant, tout jeune, tout mignon sans savoir ce qu il est devenu. J apprends qu il est tombe sur la tete d une hauteur importante…nous rentrons a la base en silence. Le medic est contrarie, je sens que nous avons merde sur la duree du trajet..20 min !!!c est pas possible. J evite de poser des questions et surtt je ne demande pas ce qu il est devenu ! Mon frère a insiste pour laisser l affectif de cote. C est dur, le premier jour. Je ne sais pas si il est encore en vie. A la station, je suis un peu etourdi. Je prends conscience que la vie peut basculer rapidement et que ceci n arrive pas qu aux autres…passer a autre chose, passer a autre chose. Pendant son transfert, un homme ose venir et regarder la scene de pres. C est hallucinant !!comment peut on venir regarder un enfant en train de s evanouir et demander aux medecins « qu est ce qu il a ?? ». Voyeurisme deplace !!Les gens sont parfois etranges 

Nouvel appel pour « tentative de suicide ». Nous arrivons chez une dame. La pauvrete de son habitation est difficile a « accepter ». Nous voyons une femme de 50 ans, assise sur une chaise et criant « je veux mourir, je veux mourir ». Je comprends que rien de grave n est survenu. Un instant, j ai un sourire car cette dame crie « je veux mourir mais je ne veux pas me tuer ». Finalement, je me rends compte de la souffrance de cette femme. Mais c est surtout la solitude qui est la. Elle ne veut que de l aide finalement. Nous la laissons entre les mains des policiers qui l amenent surement du cote des urgences psy car ses propos sont loins d etre coherents. 

Nous repartons sans trop savoir ce qui nous attend. Sur le trajet du retour, sonnerie dans l ambulance «  femme agee tombee dans un bus ». C est reparti, sirene, pied au plancher. Nous arrivons devant un bus immobilise. Une vieille dame est la avec le visage en sang, l arcade ouverte. Le bus a freine trop violemmenet et celle-ci s est heurtee une  barre.  Rien de bien grave, il faut juste desinfecter, faire un bandage et la reconforter. 

Cette dame m’emeut car elle me rappelle ma grand mere. Elle ne se plaint pas de la douleur meme si la plaie est profonde. Je m occupe d elle pendant que nous la transportons a l hopital. Je parle avec elle et je sens que mes sourirs l apaisent. Je suis emu par cette dame qui a une photo de ses enfants sur elle, qui me sourit et qui me remercie de m occuper d elle. Nous la transportons a l hopital et je la laisse avec un grand sourire. Nous rentrons alors a la base, 15h sonne la fin de notre garde. 

1ere journee intense, emotions partagees entre cette dame qui me remercie et qui me reconforte dans mon action et cet enfant que nous avons laisse. Je rentre me coucher la tete remplies de sentiments contradictoires. 

2eme journee plus calme. On m attribue l ambulance des soins intensifs. Je suis un peu sceptique car celle-ci intervient beaucoup moins mais les interventions sont graves et necessitent une prise en charge lourde du patient. 

2 appels dans la journee : le premier un surfeur qui s est brise le genou. Le mot brise est bien faible pour decrire l etat du genou. Disons qu au lieu d un genou, il a 2 morceaux. Celui-ci hurle le martyre dans l ambulance. Je suis en charge de faire en sorte que ‘L ensemble reste droit ».  Il a le visage tire par la douleur… Une dose de morphine plus tard, il divague et commence a blaguer avec nous !!!!Nous le laissons a l hopital ou la douleur recommence a faire des siennes. Pendant que mon medecin s occupe des papiers, je file chez les infirmieres ou nous trouvons hummus et pain ainsi qu un cafe chaud J. Pour lever un quelconque soupcon sur la raison de mon passage chez les infirmieres : le cafe !!!ma copine me comble suffisamment !!!! 

Nous repartons a la station ou m attendent emissions debiles sur le cable ainsi que siestes. J aime le moment ou la sonnerie retentit et que je suis en pleine sieste. Je ne comprends pas ce qu il se passe. Je sais juste que je me leve et que je cours a l ambulance l esprit encore dans mon reve. 2ieme appel : une crise d asthme severe. Gyrophare, sirene, pied au plancher. Nous traversons Tel Aviv a 100 km\h. Nous arrivons dans un appartement glauque, obscur. Je ressens toujours ce malaise de rentrer chez des gens, de briser leur intimite. Une dame est allongee sur un lit avec un masque d oxygene en pleine crise d asthme. La crise est severe car le medecin doit lui administrer des medicaments pour calmer son etat. Son mari fait les 100 pas autour de nous pendant que sa fille pleure. Cette situation  me fait reflechir. Je sens que ces gens nous voient veritablement comme des « sauveurs ». Chaque signe de notre visage est epie pour essayer d y discerner notre avis sur la gravite de la situation. Je reste neutre et ne participe pas a la prise en charge du patient car mes competences (tres limitees) ne me le permettent pas. Nous la ramenons a l hopital dans un etat stabilise. Pendant le trajet, la femme hurle le nom de son mari qui avec nous a l avant du vehicule. 

Voila pour cette journee. Une journee assez calme mais qui me conforte dans mes idees. 

Je discute avec des volontaires canadiens qui me disent etre exites par l idee de retourner bosser demain. Je suis triste d entendre ca. Je suis trop idealiste, j ai l impression que ces jeunes de 19 ans ne veulent que de l action. C est un peu comme « un fils a papa qui cherche de l adrenaline ». J espere me tromper mais j ai malheureusement la conviction que leur finalite est loin de la mienne. Je ne pretends pas etre le sauveur absolu mais je m applique a la tache et j essaie de bien faire. Je n y mets pas d affectif mais je veux vraiment pouvoir faire rien qu un peu. La souffrance est presente, les familles sont souvent marquees. Je ne pense vraiment pas qu on puisse voir ca comme « une dose d adrenaline ». 

  

 

Voila pr mes 2 premieres journees. Je reprends demain pour de nouvelles aventures. 

La semaine prochaine, je suis de nuit (23h-7h) pour voir TLV sous une autre facette. 

De Retour et surmotive!!!!!!

15 mai 2010

Coucou, 

 

Me revoilà apres 10j de formation hyper intensive a Jérusalem ! 

Je vais vous raconter cet épisode qui fut très très anime !. 

Arrive a jerusalem sous 30 degrés, je me présente dans l auberge de jeunesse qui nous accueille. Une 50aine de jeunes comme moi sont au rdv. La plupart ont 20 ans, je fais office d anciens dans le groupe…Une fois les présentations faites, je m aperçois que plus de 90% du groupe sont de jeunes canadiens des grandes universités du pays : Mc Gill, Western ou encore Queens. Qq americains viennent compléter le tableau.  Les chambres attribuées (je suis avec 2 canadiens de Toronto et un américain du michigan), nous commençons la formation sur les chapeaux de roue…les fondamentaux ie 

Le massage cardiaque !!!tout y passe, cause, facteurs, risques, symptômes, traitement et naturellement une partie pratique sur mannequins. Je me retrouve a faire des compressions sur un mannequin a 20h30…Pendant ce moment intense, je me revois l an dernier a trainer du cote des Mureaux chez EADS a reconsidérer les couts du projet M51…je me dis alors que je ne ferai finalement jamais comme les autres. 

Le premier jour se finit par qq conseils sur nos massages cardiaques. Rdv le lendemain a 8h au pt dej. Je mets mon reveil pr 8h croyant que mes collocataires feraient de meme…c etait sans savoir que l americain se leve tot et que le canadien se douche qqsoit l heure en depit du sommeil de ses cochambres. Lever alors a 7h, j essais de me rendormir mais l americain ne me laisse pas de repis..tant pis..je pars au pt dej..c est le debut d une 10aine de jours complètement fous : 

Lever 7h, début des cours 8h, première pause pr le repas de midi (1h), reprise des courts a 13h jusqu’ a 18h pour le repas du soir, reprise des cours de 19h a 20h30 et parfois plus : record 22h30.  ts les soirs, je reste réviser mes cours jusqu’ a 1h30 du matin. Car la médecine est loin d être ma spécialité. S ajoutent des cours de pratique : massage cardiaque, bandages, garots, traumato… 

Le temps ne s arrête pas et bizarrement je n éprouve aucune fatigue ds la journee. Aide de 2 cafes, je ne ressens que peu de fatigue. Je suis assez hallucine, moi qui m endormait ttes les 10 min chez Sagem, je me retrouve a vivre des journées de près de 20h et ne pas flancher. J avoue que les levers sont difficiles mais les cours sont passionnants et les professeurs tres sympas. Pr la plupart d entre eux, ce sont des jeunes d une 20aine d années qui ont derriere eux plus de 5 ans de médecine d urgence !!!!1Je me dis qu en France, nous sommes bien retard et qu au lieu de mettre 12h de flute au collège, nous pourrions peut etre apprendre les gestes qui sauvent…Ces jeunes sont d une maturité hallucinantes !!Je discute avec eux comme avec des adultes de 30 ans. 

Tous nos cours sont agrémentés d images et de vidéos illustrant les maladies rencontrees. Toute la médecine étudiée est uniquement une medecine d urgence..nous ne traitons que les cas de premier secours : étouffement… 

 

Voila le programme englouti : 

CPR (massage cardiaque) adulte et enfant 

etouffement adulte et enfant 

anatomie des systemes cardiovasculaires, repiratoires et neurologiques 

maladies respiratoires: asthme, hyperventilation, emphyzemia, bronchites chroniques 

maladies cardiovasculaires: arteriosclerose, angine pulmonaire, infarctus du myocarde, oedeme pulmonaire, 

AVC, convulsion, syncope, epilepsie, diabete, 

traumatisme neurologique, hypervolemic, septic, amphylaxis, cardio 

fractures 

brulures, hypothermie, hydrocution, deshydratation, morsures par serpents, scorpions, araignees, rage 

+ tte une partie pratique sur la traumato, pansements, bandages 

+ un cours sur la prise en charge d attentats 

 

Petit a petit au cours de la formation, je ressens qqch de fort…je comprends que j ai fait un bon choix en entrant ds cette aventure. Les choses prennent forme ds ma tete. Je suis fier de pouvoir essayer d apporter qqch aux gens et d aider Israel. 

Je rencontre un conducteur d ambulance et celui-ci me remercie. Beaucoup des jeunes qui sont avec moi ne sont la que pour augmenter leur CV..et oui, au Canada ce genre d expériences est appréciée par les entreprises…je trouve ce comportement vraiment egoiste dans une action qui a pour but de laisser sa personne pour l autre…Je pense être idealiste mais c est vraiment dans ce sens que je prends cette formation. Nous avons des examens pr valider nos connaissances. Mais bizarrement, je ne révise pas comme pr un examen classique. Je prends mon temps pr être prêt…je me prépare psychologiquement aussi. 

Naturellement arrive le cours sur la prise en charge d attentas…un cours qui a emu bcp de personne avec témoignages de professeurs et videos a l appui..Les images se font durs, les vidéos tirent des larmes a certains…Moi, petit Français de 27 ans, je découvre en images , l horreur des attentats, les corps déchirés, les vies brisées…J ai des frissons pdt ce cours, 

Notre formateur nous raconte son expérience…Il nous dit qu’en tant que volontaire, c est une des seules sorties pr laquelle nous sommes autorises a refuser. Nous avons une discussion sur le sens de notre action et je me sens prêt a agir, donner et aider. 

Nous profitons d une soiree de libre pr nous balader ds Jerusalem. Au programme : mur des lamentations, vieille ville… 

3 examens valides plus tard, me voila a la cérémonie de remise de l uniforme. 2 chemises de secouriste sous le bras, je rentre a Tel Aviv fier de moi. C est bien une des premieres fois que je suis si fier. Tt mon voyage prend sens, mes cours d hébreu, mes nuits de revision aboutissent et se matérialisent par ces 2 chemisettes marquees du logo : Magen David Adom. 

Dans le bus de retour, je m endors l esprit soulage et prêt a partir au combat. 

Je n ai pas de précisions quand au lieu ni a l heure a laquelle je dois me présenter ds TLV pr commencer. Je recois un cp de fil a 16h50 pr une reunion ds le nord de TLV !!!Moi qui etait en train de me trainer jusqu a la plage, je cours comme un derate dans les rues, je prends un taxi et j arrive a 17h10 devant le centre de MDA. S entassent des ambulances de tout type. Nous sommes plusieurs volontaires acceuillis par un Israelien mal rase qui gueule pr un rien J. Les présentations faites, je me charge du planning pr mon groupe. 

Debut Lundi 6h30 du matin pr ma premiere garde !!je suis impatient mais aussi angoisse..que va-t-il se passer ? quels sont les cas que je vais recontrer ? vais je etre actif ou totalement impressionné par la situation ??autant de questions qui trouveront réponses ce lundi. 

Pour l instant, je profite de mon temps libre pour DORMIR !!!je revise mes cours et me dis que je serai prêt si on a besoin de moi. Je sens une certain responsabilite meme si je suis loin d avoir les competences d un medecin. 

 

Tel Aviv est connue pour etre une ville chaude … m attendent accidents de voitures, malaise, noyade, bagarre entre jeunes… 

 

Je vous poste un compte rendu des que j ai vecu mes premieres sorties J 

 

Sababa ! 

Un peu de geo…politique

24 avril 2010

Quoi de beau depuis mes dernières écritures ??

Je suis parti avec 2 amis de ma classe visiter la ville d’Haifa au nord de TLV. Cette ville côtière est le principal port d Israel. Elle est connue pour son port (normal), ses jardins (classe) et sa mixité (sisi). En effet, Haïfa est une cité multi-culturelle et multi-confessionnelle, où coexistent pacifiquement des citoyens israéliens juifs, musulmans, chrétiens et druzes (peuple des montagnes qui cultivent le chamois). Elle abrite aussi le Centre mondial, qui est un site administratif et de pèlerinage important pour les adeptes du bahaïsme (une espece de religion a laquelle j ai rien compris). On y trouve donc un mix des 2 principales  cultures du coin: café arabe (espèce de poudrasse deguelasse diluée dans le l eau chaude et servie dans un verre) d un cote, pita-humus de l autre.

Mais qui dit port dit…poissons. Qui dit poissons dit…repas de poissons. Qui dit repas de poissons dit…fracassage de bouche avec un repas de roi J. Pour faire honneur a cette ville côtière et partir a la recherche de nouvelle saveur, nous avons ete mange dans un restau typique israélien qui ne sert que du poisson fraichement pêché. Et la le carnage a eu lieu…petites salades servies a volonté : choux au sésame, carotte au citron, tarama (oui le blanc le vrai pas le ED rose bonbon), humus, aubergines a la tomate, lentilles au vinaigre…bref un délice de chez délice servi avec une DENISE !!!Qu est ce que
la Denise allez vs me demander ? La denise est le mot hebreu pour daurade (denisse exactement). Evidemment, je ne vous fait pas un dessin quant a ma lourdeur avec la blague « je me suis tape une denise ». Un repas de chef ponctue par un café noir. Sortis de ce restaurant, nous sommes partis a l assaut de la ville pour y visiter les jardins, le port mais également nous balader sur la plage. Retour a TLV le soir même après près de 10km de marche intensive. Cette ville est un symbole d espoir pour beaucoup d Israéliens car ici se mêlent juifs et arabes sans aucun soucis….ceci commençant a être de plus en plus difficile actuellement. Effectivement, ma vision du conflit israelo-arabe (oui fallait bien aborder le sujet un moment ou un autre) est assez pessimiste. Les propos que je tiens n engage que moi, mais je suis actuellement assez inquiet pour l avenir de la region.  Pour rappel géographique, Israel est entourée de : L Egypte (au Sud),
la Jordanie (a l Est), le Liban (au Nord),
la Syrie (au Nord Est) et L’Iran juste derriere. En paix avec l Egypte et
la Jordanie depuis la dernière guerre majeure, Israel se chauffe fréquemment avec
la Syrie par Liban interpose. Ceci nous a value la guerre du Liban tout récemment.
La Syrie arme le Hezbollah (mouvement terroriste) qui est place au sud du Liban et qui fréquemment envoie des roquettes sur le nord d Israel d ou les abris situes un peu partout pour eviter de se prendre une roquette en pleine bouche un jour de beau temps.

Neanmoins, ce qui est bcp plus preoccupant est la tournure que prennent les choses actuellement. Etant immisce dans la societe israelienne, je suis au courant des moindres faits qui n apparaissent que tres rarement dans la presse francaise.
La Syrie a été accusée par Israel et les EU de fournir des scuds (gros machins qui vont loin) au Hezbollah. Or Israel a menace de re-entreprendre une action armée au  Liban pour « désarmer » le Hezbollah toujours prêt a balancer une roquette ou deux sur les villes du nord (notamment Haifa). Je dirais « jusque la rien de neuf ». cependant, las de ces actions Israel entreprend d attaquer egalement
la Syrie qui est la source  des maux de la paix israelo-arabe…c est la que se complique la tache puisque
la Syrie et l Iran ont signe un traite de soutien en cas de conflits armes..autant dire que si Israel attaque
la Syrie, L iran sera tout heureuse de pouvoir balancer des missiles de tout type sur Israel… ce qui entrainera un conflit important entre Hezbollah-Syrie-Hamas-Iran contre Israel…

Par-dessus se greffent actuellement les problèmes actuels du nucléaire iranien En effet, aux vues des déclarations toujours plus provocatrices du président Ahmadinejad et de son rejet permanent des compromis proposés par l’Agence Internationale à l’Energie Atomique (AIEA), la situation au Proche-Orient paraît s’envenimer. Effectivement, le gouvernement et le peuple israéliens semblent, à juste titre face aux « ambitions » de cet homme, envisager la possibilité d’une attaque préventive avant que le 4ième pays exportateur de pétrole ne mette à exécution ses menaces. Cependant, la multiplication des mouvements de troupe, les commandes de missiles de portée suffisantes pour atteindre l’Israël ainsi que le soutien permanent du gouvernement iranien aux terroristes du Hezbollah sont des signes d’une volonté de joindre tôt ou tard l’acte à la parole. Une question peut se poser dès aujourd’hui. L’Iran affirme aux yeux du monde vouloir l’arme nucléaire (oui car pr faire du nucléaire civil l enrichissemnt d uranium est de moins de 3%…hors l Iran a affirme enrichir a 20%…pourcentage en pleine accord avec les exigences du nucleaire militaire). Ses démarches, dans ce sens, sont déjà bien avancées grâce aux technologies russes. Israël, soutenue de façon évidente par les Etats-Unis, ne semble pas prête à avoir un comportement attentiste.  Enfin, la nonchalance démonstrative du gouvernement iranien face aux mesures de l’union européenne, nous font arriver à la simple question « Que va-t-il se passer lorsque l’Iran possédera l’arme atomique ?». Il me paraît, aujourd’hui encore plus qu’hier, évident que l’Iran aboutira à son projet. Le caractère ferme et affirmé du gouvernement israélien, qui ne peut prendre cette menace à la légère, me fait penser que celui-ci , tout comme il l’a fait en 1967 avec la guerre des 6 jours, devancera l’Iran ce qui déstabilisera complètement l’équilibre plus qu’instable du Moyen-Orient plongeant ainsi cette partie du monde dans une guerre à laquelle les Etats-Unis prendront part de façon inéluctable. 

 

La conclusion est simple : ca va partir en cacahuètes très prochainement mais quand ??? Comme disent les israéliens, on verra demain…J ai donc choisi cette option…(en mm temps il n y a pas d autre a part rentrer a Paris et me boucher les oreilles). La situation est donc tendue et un simple petit accrochage peut engendrer un bon gros conflit. 

 

Pour en revenir a des considérations moins alarmantes, je pars la semaine prochaine visiter Ein Gedi : source d eau avec des chutes d eau. Je vous raconterai mes exploits et naturellement…mon repas J. Ma formation de secoursime commence le 5 mai a jerusalem pour une dizaine de jours puis retour a TLV. 

 

Bizous J 

Come Back!!!!!!

8 avril 2010

Salut !!Alors la, oui je sais, j ai pas d excuses. Je suis un salop, je donne pas de nouvelles…

Ca fait 4 ans que j ai pas ecrit sur mon blog. De tte facon, plus personne ne le lit !

Il faut que je m explique avant tout !

Je suis rentre en France pour 2 semaines pour passer les fetes de paques en famille et surtout revoir ma cherie qui commencait a me manquer enormement.

« Rho…le salop ! il a pas dit qu il etait en France ! ». Oui, c ets vrai que peu de personnes etait au courant de mon passage furtif sur paris mais il m aurait ete impossible de voir tout le monde. Non pas que je sois mondialement connu mais surtout car j ai fonce tres vite vers montlucon (capital mondiale !) pour passer qq temps avec ma copine. Mon passage a paris a donc ete tres tres court. J ai juste pu y voir mes amis de Poitiers, de Massy et croiser les potos de la boxe thai. Ni plus, ni moins. Je m excuse pour les autres uqi auront double ration de conneries a mon retour J.

Que s ets il passe depuis ??Je commence a me faire a la vie israelienne et surtt a celle de TLV. J ai mes coins tels les bars qui retransmettent le foot ou encore le magasin de glace J. Le soleil est encore present bien que la temperature ait legerement diminue.

Je suis rentre en israel le dimanche 4 Avril. Reprise des cours d hebreu. On compte 3 nouveaux eleves : Venezuela, Italie et Pays-bas. 

Je commence a m en sortir a peu pres avec l hebreu. A grands coups de listes de mots a apprendre et de dictionnaire, j essaie de me faire comprendre tant bien que mal…mais plus mal J. J ai attaque les falafels et j avoue que ce plat est une arme atomique…

L eternelle question reste : « Pouquoi faut il toujours que ce soit gras pour etre bon ?… »

Mon grand retour en Israel a ete marque par mon entretien au SAMU. Effectivement, la deuxieme partie de mon voyage a pour but d experimenter le secourisme dans les ambulances qui font du bruit. Loin de vouloir sauver la veuve et l orphelin, j avais vraiment envie de pouvoir aider a ma petite echelle et de decouvrir un monde qui m est totalement inconnu.

Mais pour cela, je devais passer l Entretien pour valider mon niveau d hebreu (suffisant pour pouvoir etre compris par ts) et mes motivations ! (oui car si je leur dis que je veux boire des litres de sang, cela ne sera pas retenue comme un argument en ma faveur).

Bref, cette entretien etait tres tres important pour moi car il me permettait de me rapprocher d un des objectifs de ce voyage. Depart de TLV pour Jerusalem. Je suis impardonnable car c est mon premier jour a Jerusalem. Je n ai pas encore ete voir cette ville au centre de toutes les attentions.  Rdv a 14h dans le QG de Magen David Adom (Oui ce st le nom, cela se traduit par Bouclier rouge de David, oui david est un nom commun chez les Juifs…comme ches les Portugais d ailleurs). J etais assez stresse honnetement et j ai pas mal bosse mon hebreu pdt les vacances pour ne pas louper cet entretien si important a mes yeux !

J arrive presque 2h en avance J. Finalement, une petite de 20 ans d environ 1m50 vient et me fait passer mon entretien.Ce qu il faut savoir c est qu en Israel, les filles n ont pas toute la douceur de nos Francaises. Tout ca pour vous dire que je me suis fait maitriser par une petite de 1m50 et de quasi 10 moins que moi. J ai beau faire de la boxe thai, karate…rien n y faitr : elle m a mate en 2 minutes chrono. Premiere partie en hebreu : se presenter, qu est ce que j aime, pkoi je suis la, puis 2ieme partie en anglais motivation, peurs, comment gerer le stress…Bref, apres 30 minutes de papote, je ressors sans savoir ce qu iul m attend, juste un mail dans le futur.Je repars a TLV sur une impression vague. En rentrant, j ouvre mes mails et je vois que j ai ete accepte pour pouvoir suivre la formation J. J ai pas mal de vocabulaire a apprendre sur le monde medical (350 mots d ici un mois avec certains dont je ne comprends mm pas le sens en anglais). Je m y mets des demain pour apprendre sang, plaie…

Debut des cours le 5 Mai jusqu au 15 Mai. Le programme est tres charge..jusqu a 12h de cours par jour pour apprendre les gestes qui sauvent et me frotter au massage cardiaque et autre specialite paramedicale. Mais egalement la gestion psychologique et comment faire face a tt cela. Je crois reelement que ce point peut etre utile dans la vie de tous les jours mais urtt professionnel ou parfois les emotions prennent le dessus face a des problematiques sans gravites.Savoir prendre de la distance tout en realisant un travail efficace dans des conditions d urgence peut s averer tres utile et ceci qqsoit le travail a realiser ! Tous les jours un examen vient ponctuer la journee pour voir si les acquis sont bien rentres (examen pratique et theorique (vocabulaire)). SI tt se passe bien, je ressors de cela avec un beau diplôme et une belle chemise de secouriste… Apres, depart pour une base pour un mois d experience unique en son genre.Je suis tres excite a l idee de vivre cette aventure. Qqch de nouveau et de totalement different de ce que j’ai pu connaître. J

 

Je poste tres vite un nouvel article J

State of the art

7 mars 2010

Me revoici avec beaucoup de retard. La vie prend son cours et je me fais faignant J

Pour condenser mes aventures passees, voila qq evenements qu il me doit de vous raconter.

Mercredi 24 Fevrier, Israel fete Purim…une fete religieuse ou chacun se deguise et mange le plus de gateaux possibles (je vous promets que j ai pas fait le malin cet après-midi). Cette fete, qui marque la fin des brimades des Juifs sous le roi je-ne-me-souviens-plus, est tres coloree et joviale. Dans mon centre de langue, la fete etait mise a l’honneur. C’est un veritable centre ou nous apprenons la langue du pays mais egalement les differentes fetes marquantes propres au pays. Nous avons eu le droit a des rations gigantesques de gateaux fourres au chocolat, dates, figues ou encore pavot. Apres cela, nous avons eu un spectacle ou chaque niveau de classe faisait une prestation. Pour ma part, j ai reussi a me planquer au fond de l amphi et ai suivi les festivites assis dans mon coin avec ma reserve de gateaux. Ce centre regroupant des etudiants du monde entier, nous avons eu le droit a des chansons bresiliennes, des specatcles en russe…Nous avons egalement eu la chance d avoir des guitaristes parmi l assemblee qui ont ose braver les accords les moins delicats de la guitare pour chanter « All you need is love ». J avoue etre reste sceptique mais ne me serait permis de monter sur scene pour rien au monde afin de corriger le tir avec un « All you need is Black Metal ».

Bref, une bonne ambiance ou chacun a pu mettre en valeur ses competences artistiques. Pour ma part, j avais opte pour le masque de Zorro acheter en derniere vitesse au souk la veille.

Je vous confirme que j avais l air tres con avec mon masque de Zorro J

 

Ca y est, nous avons signe le contrat et nous sommes installes depuis 2 semaines. Ce grand 3 pieces meubles est situe au cœur de TLV. 10 min de la mer, 2 minutes du plus gd centre commercial de TLV, 7 minutes du souk. Et 15 minutes des cours d’hebreu J

En regardant ce matin, tous ces gens de pays differents, je me suis dit que TLV etait vraiment tres cosmopolite. Les speciailite culinaires du pays en sont un exemple flagrant.

Car oui, si il ya qqch qu il faut retenir d Israel c est l importance de a nourriture.

Les portions sont enormes, les parfums forts, …enfin tout fait penser que quiconque pose un pied ici ressort gentiment avec 12 kg en plus :

Oui, car comme je vous le souligne frequemment, Israel est le point de rencontre de beaucoup de peuples. Il n y a que finalement tres peu d israeliens de souches (sabra). Ce foisonnement culturel donne lieu necessairement a une diversite culinaire exceptionnelle J

Les Juifs d Afrique du Nord ont emmene avec eux le couscous, les salades epicees de poivrons et tomates, les briques aux pommes de terre, les epinards aux pois chiches, les nombreux gateaux au miel, les tagines, le the infuse a la menthe et aux pignons, le fenouil ainsi que les nombreuses salades en entree (kemia) ; les juifs d europe de l’est ont emmene avec eux les gateaux aux noix, dates, figues, les succulents gâteaux au fromage blanc (quiconque y goute pourrait vendre pere et mere pour une part), les raviolis, les bouillons parfumes, les thes a la cannelle, …Par-dessus, un identite culinaire israelienne s ets batie autour du..pois chich J. Plus serieusemnt, les repas israeliens sont toujours accompagnes de humus (pate de poic chiche), de tehina (sauce a l aubergine et a l ail), de cornichons geants, d olives de toutes sortes, de pains pita (pains ronds souvent servis ds nos Grecs Français), de salades de poivrons-tomates, de choux rouge…Je deguste souvent des schnitzels (escalope panee de poulet tres fine) avec naturellement, en dessert des fruits fabuleux !!!Oranges de Jaffa, melon vert, melon jaune, pastques, fraises, banane, mangues…Israel a une agriculture tres forte et n hesites jamais a transgeniquer les fruits pr nous sortir qq pasteques au mois de Mars ( !) ou encore des fruits sans pepins.

Tout ca pour vous convaincre, que la nourriture est ici primordiale. Le pain est naturellement l element central (oui oui meme si ya des pates, du riz…). Il existe sous tous les types mais la baguette n ets pas le referentiel.  Dans les restaurants, le pain n est pas apporte comme en France. Il faut le commander. Neanmoins, lorsqu on commande du pain, il n amene pas qq tranches de pain, ils amenet LE pain sur la table. Fort d un choix consequent de pains (a l olive, a l ail, complet, blanc, brioche..) le serveur a toujours la delicatesse de poser un pain entier pour chaque convive qui a ose reclame du pain. On n oublie pas le petit pot de beurre au cas ou le client manquerait de cholesterol.

Dans la plupart des restaurants, un plat est suffisant pour 2 personnes !!!J ai notamment en memoire un repas que j avais fait avec ma copine et sa famille. Nous avions fini de grignoter que aucun de nous deux n avait le courage d entamer les …lasagnes aux..legumes (oui un peu de legumes dans ce monde de graisse n ets pas du luxe). Cependant, le concept de doggy bag est repandu partout et je me suis retrouve avec 2 rations geantes de lasagne et un pain a l ail pour chez moi. J ai mis 3 jours a tout manger.  Je souhaite neanmoins rajouter que les tailles sont americaines mais les saveurs differentes. En effet, pour avoir passe qq mois chez nos voisins des Ameriques, les gouts sont souvent repetitifs (sucre, sucre..) et assez fades dans l ensemble. On trouve toujours des quantites hallucinantes de sauce sucree sur la salade, ou de sauces barbecue (sucre+sucre) sur les viandes. En Israel, les parfums sont reels et la graisse n est que la cerise sur le gateau J. Cela permet de mettre encore plus en valeur le plat.

Disnons que ou le Français mettra 1 l de lait, l americain un litre de lait et 1 kg de sucre, l israelien mettre 1 l de creme fraiche J

Vous comprendrez que j ai stoppe la plupart des repas dans les resto et me consacre religieusement au riz blanc + schnitzel J. Il m arrive de deraper lors de certains diners mais je fais tres attention a ne pas muter en bibendum.

Pour cela, j ai trouve un club de boxe thai !!!Apres avoir pas mal galere, j ai finalement trouve un club cache au sous sol d un centre commercial. Je m entraine 2 a 3 fois par semaine afin de conserver une allure respectable lol.

J ai discute avec qq personnes de ma classe et beaucoup s attendaient a qqch de different de ce qu ils vivent. Je ne connais pas trop l image qu a israel a l etranger mais je pense qu elle est tres loin de ce que je vois. Comme m a dit un ami qui m a ecrit « tu tues pas mal de prejuges a la con ». Il faut dire que ce pays est assez surprenant poru qui veut y mettre un pied.

A la question « si t es pas juif, tu fais comment ? », je repondrai « tu fais comme en France car tout le monde s en fout !!! ». Depuis que je suis arrive, personne n est venu me demander quoique ce soit sur ce sujet. 90% de ma classe n est pas juive et mis a part les fetes religieuses (fermeture le shabbat au lieu du dimanche), rien ne laisse transcrire sur ce sujet.

Je vous invite a venir me rendre visite pour vs rendre compte par vous-mêmes que israel, sionisme, judaisme sont des notions bien distinctes.

Le pays ets laique dans la vie d etous les jours, chacun s habille comme il le veut et les filles n hesitent pas a mettre des tenues ole-ole. Lol. Pas de rapport avec les pays voisins ou pour certains le voile est obligatoire.

Les pays voisins…ahlala…longue et complexe histroire qui meritera que j ecrive qqch dessus..sur la situation actuelle (assez tendue a mon sens), sur les idees isareliennes, sur la position geopolitique…

Mais ce point sera aborde plus tard. La il ets seulement question de nourriture et de vie quotidienne J.

 

Je vous laisse et vais a mon cours de boxe pour eliminer la chakchouka d avant-hier (salade cuite poivrons tomates epicee avec 2 œufs au plat dedans J +petit pot de Humus + pain entier +olives)

 

Comme on dit ici « bevakacha » ( ;)

Bientôt sur Tel Aviv ??

17 février 2010

Me revoilà après près de 2 semaines d absence! Désolé de ne pas m’être manifesté plus tôt. Ma copine est venue me rendre visite pour qq jours et nous avons profité des premières chaleurs (jusqu’à 30 degrés) pour visiter un peu TLV et trainer sur la plage en buvant des coca light. Une super semaine en bref!

Vous vous demandez peut-etre à quoi ressemblent mes journées et plus généralement une semaine typique. Voila un peu mon emploi du temps.

La semaine de travail commence le dimanche ! Effectivement, le samedi est chômé pour cause de shabbat. Les magasins sont fermés, les gens ne travaillent pas et peu de voitures circulent (oui le shabbat, toute utilisation de l électricité est prohibée ce qui peut poser des pblms pour faire la cuisine par exemple). Néanmoins, selon la ville d’Israel, cette règle est plus ou moins respectée. Tel Aviv, qui est une ville jeune est en pleine effervescence le samedi alors que Jérusalem, qui est la capitale religieuse du pays, est complètement bouclée. Il faut comprendre qu’ici il y a Tel Aviv et le reste du pays. C est un micro état dans le pays. Cette ville, qui est la deuxième plus grande ville homosexuelle de la planète, ne s arrête jamais. Je tiens à préciser cette spécificité non par homophobie mais pour chasser tous les cliches comme quoi Israel est un pays auster ou la religion prend le pas sur la société. Le rythme est hallucinant (et c est un parigo qui vous le dit !). Les choses bougent tout le temps. Les cafés, resto, bars sont en permanence pris d assaut. Les magasins ferment peu. Bref, cette ville est en permanente évolution. Je dirai que TLV ressemble à NYC de part sa permanente activité. Néanmoins, le pays étant neuf (62 ans d’existence!), il n y a pas l aspect figée que l on peut retrouver à Paris. Les constructions ne s arrêtent jamais ainsi que les différents projets. Les hôtels poussent le long de la cote et l’économie est en pleine essor (un des rares pays à ne pas avoir été gravement touché par la crise).

Bref, lever à 6h50 au doux son de mon réveil J. Je me jette du lit pour suivre machinalement mon process Lean: habillage, lavage, prenage de sac a dos, quittage d’appart (j aime les rimes en âge, c est mon cote ingénieur qui ne sait pas écrire le français –encore un cliche qu’il faudrait circoncire, oui je suis en Israel quand même !!!). 10 minutes de marche et me voila à la gare centrale des bus d’Ashdod (Tarana Merkazit). 1h plus tard et j arrive à la station centrale de TLV (stations des bus mais qui est également un centre commercial). Apres une fouille minutieuse de mon sac à dos (oui cette station est énorme), je tombe nez a nez avec une ambiance typiquement israélienne : musique israélienne, odeur de pains chauds, de croissants a la graine de pavot, de fallafels (boules de pois chiches frits) en train de cuire pour le repas du midi, de pizza en préparation, de jeunes en train de manger des cacahuètes et de commerçants qui s interpellent a travers le centre commercial en bravant la distance par des cris de type Black Metal. Cette vision qui peut paraître chaotique est pourtant réglementée et me rappelle que je suis bien au Moyen Orient !. A peine le temps de courir dans les escaliers que me voila dans mon sheirut (minivan d’une dizaine de places qui parcourt les grandes arteres de la ville et qui se prennent dans la rue en sifflant le chauffeur). Ces sheirut sont tres pratiques car pour la modeste somme de 5,80 Shekel (soit 1 euro) ils permettent de circuler rapidement et à l arrache dans les grandes avenues de la capitale. Pendant que le chauffeur multiplie les prouesses au volant (on frôle la mort toutes les 4 minutes), je profite pour avaler mon petit déjeuner en regardant la ville se lever. Les lunettes de soleil sont déjà de sortie ! J aime cet instant du matin ! Je me sens vivre et j en profite pour manger ma pomme.  8h45, le sheirut me depose a l intersection de Ben Yehuda et de Lasalle ( !). Je marche jusqu’ a mon centre de formation (Ulpan) et je gravis mes 3 étages avant d’arriver dans la salle de cours vers 8h50. Les cours commencent a 9h ! Les cliches sur la ponctualité des représentants des différents pays s’avèrent réels ! Suède, Hollande, Icelande présents à 8h55 ; France à 9h05 ; Bresil …9h30 J

Le cours commence et la prof nous attaque directe avec le vocabulaire de la veille. Voiture, maison, manger, travailler, structure grammaticale…tout y passe jusqu’à la première pause. Tout le centre se retrouve en bas ou une jeune femme vend des sandwichs maisons : pastrami, humus, thon,…tout y est pour la modeste somme de 10 Shkl (2 euros). Un cafe plus tard et c est la reprise des cours. 1h30 plus tard et c’est deja la deuxième pause. J en profite en général pour discuter avec mes collègues et échanger sur leur vision du pays. Reprise des cours jusqu’à 13h ou nous sommes libérés. C est l heure de déjeuner. Chacun opte pour une solution : sandwich préparés d avance, achetés, restaurants rapides…

Commence alors le marathon de l’après-midi : la recherche d’apparts sur TLV. Nous (l’ icelandais, le Français et moi-memes) partons à l assaut de la ville à grands coups de téléphones et de visites d’apparts. Apres avoir visité un nombre incalculable d’apparts (soit trop chers, soit mal places, soit trop petit, soit non meubles…), nous avons peut être trouvé notre bijou cette aprem !!! Un appart de 3 pièces (2 chambres et un grand salon, une grande cuisine, une salle de bain sympae, tout meuble avec 3 TV) situe au cœur de TLV, à 15 minutes à pieds du lieu de formation, juste en face du principal centre commercial de la ville (Dizengoff Center pour les connaisseurs) !!! Nous devons revoir le proprio ce dimanche pour valider et nous devrions y etre la semaine prochaine si tout va bien !!! Nous ne serons que 2 finalement, le français ayant trouve une solution de repli ailleurs!! Je suis tout content d’avoir finalement trouve après exactement 17j de recherches intenses !! Mon colloc icelandais est très sympa et il nous attend de super soirées ou chacun amènera une spécialité de son pays !

Une fois ces visites terminées, je repasse par la case jus de fruits frais presses (melon, banane, mangue, fraises…) et je fais le trajet retour dans les doux bras de Morphée…Arrivée à Ashdod vers 18h30. Je consulte mes mails dans le centre commercial puis je me traine jusque chez moi ou m’attendent pitas (pains israeliens), concombres, tomates, humus et bien sur fruits frais J. A peine le temps de faire mes devoirs et de prendre une douche que me voila coucher pour repartir de plus belles le lendemain.

Fin des cours le mercredi et je profite du jeudi généralement pour dormir, faire des courses et toutes sortes de choses inutiles mais nécessaires. Je fais naturellement un tour par la plage pour échanger quelques mots avec elle ! Vendredi, les magasins ferment à 15h donc il faut se dépêcher pour finir les achats du we. A partir de 15h, Ashdod devient mort et mes devoirs ne sont pas de trop pour m’accompagner le long de cette après-midi. Le samedi, je continue mes révisions jusqu’à la fin du shabbat (18h30). La ville revit alors et les centres commerciaux ouvrent jusque tard. Coucher aux doux sons de la musique ambiante et me revoilà parti pour une semaine.

Si tout se passe bien, je serai a TLV la semaine prochaine et pourrais alors profiter de cette ville pleinement. Reprise de la boxe thai obligatoire, tentative de krav Maga…enfin un planning charge qui s’annonce.

12